L’ourson qui boit, restaurant lyonnais d’inspiration japonaise

Ourson qui boit

Il est quasiment impossible de se présenter à l’improviste à l’Ourson qui boit et avoir la chance de trouver une table. Il faut en général réserver 15 jours à l’avance. Cela est évidemment dû au succès mérité que rencontre ce restaurant installé sur les pentes de la croix rousse, rue Royale, pas loin de la Mère Brazier.

C’est un jeune chef japonais, Akira Nishigaki, qui tient se petit établissement avec sa femme. Il y propose un seul menu gastronomique le soir, à un prix défiant toute concurrence pour une telle qualité.

Ourson qui boit
La cuisine est moderne et mélange parfaitement la culture française avec la culture japonaise. La finesse et l’élégance sont de mise dans les assiettes. Le mélange des saveurs excite les papilles et les différents mariages d’ingrédients jouent parfaitement leur rôle : nous régaler.

Le décor est sobre, minimaliste, épuré. C’est joliment fait, avec goût. Il y a deux salles distinctes qui peuvent accueillir quelque chose comme une quarantaine de couverts (à vue de nez). Le lieu est calme et agréable. Serein. Le service est rapide et efficace. Le personnel est charmant.
La réputation de cet établissement n’est plus à faire. Pourtant, difficile de ne pas être surpris du niveau proposé par le cuisinier, pour un prix si doux.

Ourson qui boit

Pour 25 euros, le menu du soir était le suivant :

  • Amuses-bouches,
  • Crème d’aubergine et consommé avec magret de canard en Teriyaki (sucré salé à la sauce soja),
    ou
    Salade de crevette bio mi-cuit et pomme de terre au sésame blanc sauce d’ail et anchois,
  • Dos de cabillaud sauce de beurre blanc aux pamplemousses, épinard sauté, artichaut et tomates concassées,
    ou
    Veau rôti (rond de noix) sauce de cèpe à la crème de vin rouge et gnocchis à la patate douce frits,
  • Verrine de compote de nectarine et de prune avec sorbet de pomme, financier au thé Earl Grey,
    ou
    Tartelette au citron aux abricots, sauce de miel au thym glace à l’alcool de prune.

Ourson qui boit

Nous vous recommandons donc chaudement ce bistrot japonisant. Vous serez à coup sûr enchantés de votre découverte et n’aurez qu’une idée : revenir au plus vite. C’est en tout cas ce que nous ferons dès que possible.

L’ourson qui boit
23 Rue Royale 69001 Lyon
04 78 27 23 37

2 réflexions au sujet de « L’ourson qui boit, restaurant lyonnais d’inspiration japonaise »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *